Rechercher sur le Site

Retour sur la journée de mobilisation et de grève des personnels AESH du 19 octobre 2021
Publié le 23 octobre 2021 | snudi79

Très belles mobilisations des AESH à Niort et à Parthenay !!

120 grévistes (dont 100 AESH !!) présents à l’assemblée générale (AG) organisée le matin même à l’Espace Duguesclin à Niort, de 10H à 11H45.

20 PIALs représentés sur 22 !

Cette AG est, pour notre département ,historique !

Jamais autant de personnels AESH ne s’étaient réunis, aussi nombreux et aussi déterminés !

Propos échangés lors de l’AG

-" On ne veut plus des PIAL ! On ne veut plus de cette hiérarchie intermédiaire des pilotes !

- On veut un statut de la fonction publique. On ne veut plus du temps partiel imposé. Nos salaires sont trop faibles... qui peut vivre avec ça !

- Je suis obligée d’avoir plusieurs emplois, sinon, je ne m’en sors pas !

- On n’a aucune formation et on nous demande de constamment changer d’élèves sans connaître les spécificités de leur handicap.

- Dans notre PIAL, il manque 15 AESH ! Nous, 3 élèves notifiés à 100% ne sont pas accompagnés !

- On fait un beau métier mais on n’a pas les moyens de fonctionner. Depuis le PIAL, notre travail a perdu du sens. J’ai changé 5 fois d’emploi du temps en en 2 ou 3 mois l’an dernier.

- Oui on veut aller en délégation, exprimer ce que sont nos conditions de travail.

- Moi, je suis obligée de faire des actes qui sont des actes pratiquement infirmiers. Je dois porter l’enfant que j’accompagne et que se passe-t-il si je le fais tomber ? On me dit que ce qui est écrit dans le gevasco doit être respecté ? Quelle est alors notre responsabilité ?"

Délégation reçue à la DSDEN

L’Assemblée générale a voté pour qu’une délégation soit reçue par le DASEN : 5 collègues AESH se sont proposé.es pour en faire partie + 1 représentant par syndicat ayant appelé à cette journée de mobilisation.

Nous sommes arrivés devant la DSDEN et avons réclamé que notre délégation soit constituée de 9 personnes.

En réponse, le DASEN a affiché un réel mépris devant ce qui se jouait ce jour-là. Sa proposition de nous recevoir à 6 pour des raisons de contraintes sanitaires et ce, dans l’une des plus petites salles de la DSDEN, a choqué l’ensemble des grévistes présents.

C’est par la condamnation de ce mépris affiché par la hiérarchie, que nous avons débuté l’audience. Nous avons été reçus par l’IENA (l’Inspectrice adjointe), le principal de Gérard Philippe (pilote de PIAL) et le chef de service de la gestion des personnels AESH à la DSDEN.

Les AESH présents ont pu exprimer précisément les grandes difficultés de mener à bien leurs missions en cette rentrée, la dégradation galopante de leurs conditions de travail, les manques de personnels AESH dans chaque PIAL, l’indigence du salaire, ...

A cette question du manque de personnel, l’IENA nous a dit être au courant mais que les dotations sont bloquées par le ministère.

Ils sont au courant des postes manquants car ils font des relevés trimestriels au ministère... trimestriels ???... alors que tous les jours, les AESH sont baladé.es d’élèves en élèves.
Ce qui est peut être visible se sont les notifications d’accompagnement à 100% qui ne sont pas honorées.
Mais quid des notifications mutualisées qui passent obligatoirement sous les radars ? Si la hiérarchie connait cette situation, comment expliquer que seuls 14 AESH ont été nommés en septembre dernier alors que 150 à 200 nouveaux contrats AESH seraient nécessaires !!

Sur le salaire, les AESH présents en audience, ont rappelé aux représentants de la hiérarchie, la nécessité d’un vrai salaire et de l’abandon du temps partiel contraint : " Vous pourriez vivre avec ce salaire, vous ? "

Sur l’absence de formation, l’IENA a tenté de profiter de cette brêche pour mettre en avant les FIL (Formations d’Initiative Locale) qui seraient nouvellement ouvertes aux AESH : " Est-ce que ça fait du salaire, ça ? " a demandé l’un des AESH présent.

En lien avec le salaire, nous avons demandé que le décret de 2006 relatif aux frais de déplacement soit intégralement appliqué pour nos collègues AESH dans la mesure où les 3 lieux de références (lieu de résidence, d’affectation et de déplacement) sont distincts et non limitrophes. Ce qui prévaut en ce domaine pour le moment c’est que seuls les déplacements sur une journée sont défrayés. C’est inacceptable ! Tout déplacement doit donner lieu à un défraiement.

Sur des gestes relevant du médical, qui peuvent être demandés aux AESH comme la discussion à l’AG nous l’a appris, l’IENA a rappelé que les actes de soins ne peuvent être demandés sauf dans le cas précis où l’AESH a reçu une formation organisée par l’Education Nationale.

Rassemblement de 200 collègues AESH et PE devant la DSDEN

Après deux journées d’action en avril et juin 2021, où déjà l’exaspération de nos collègues AESH était palpable, cette 3ème journée fixée en octobre, s’annonçait importante.

200 personnes se sont rassemblées devant la DSDEN à partir de 12H30 puis devant ce nombre encourageant, sont parties en cortège direction la Préfecture.
A Parthenay, une cinquantaine de collègues AESH, de parents et d’enseignants se sont rassemblés devant le collège Mendès-France.

Ce qui est remarquable dans cette journée, c’est que les personnels AESH, avec l’aide des organisations syndicales et en premier lieu la FNEC-FP FO*, ont pris leur destin en main et se sont mobilisé.es en grand nombre.

Les AESH ont franchi une étape importante pour la défense de leurs conditions de travail, pour l’obtention d’un statut de la fonction publique et d’un vrai salaire ! La bagarre ne fait que commencer ! AESH, SYNDIQUEZ-VOUS !

*Fédération Nationale de l’Education, de la Culture et de la Formation Professionnelle Force Ouvrière.

cale




Syndiquez-vous
Barème cotisations SNUDI-FO79 2022

C’est le premier des droits, celui qui permet de défendre tous les autres !

Toutes les informations sur l’adhésion


SPIP 3.1.6 [23598] habillé par le Snudi Fo